Bougeoirs, Chandelier, Candelabre

Le candélabre et le chandelier portent des chandelles, le bougeoir des bougies.

La chandelle est à base de suif, la bougie à base de cire.

A titre indicatif, Le mot bougie est issu de la ville algérienne de Bejaia.

Comment faire la différence ?

 

Le Chandelier :

On le confond souvent avec le candélabre et on mélange un peu les termes, le chandelier étant censé tenir support à une chandelle et le candélabre à plusieurs, mais on parle pourtant du chandelier juif à 7 branches :

Face à la Knesset, le Parlement israélien, se dresse un imposant chandelier à sept branches (ménorah en hébreu). De sa base s’élevait une tige verticale, dont s’écartaient six branches, trois de chaque côté, le haut de la tige verticale constituant la septième branche. Chaque branche était ornée de représentations taillées de fleurs d’amandier et supportait une lampe. De l’huile d’olive y était versée, que les prêtres renouvelaient chaque matin. Il est très admiré. C’est pour le peuple juif un symbole de lumière, de foi et d’espérance (ainsi qu’il est écrit sur le piédestal du chandelier).

 Le chandelier est un traditionnel objet de culte. Au temps de Moïse, il était déjà présent dans la Tente de la Réunion, au désert Le chandelier juif est un symbole qui a fasciné les hommes, juifs et non juifs tout au long des millénaires.

Son origine remonte à l’époque où le peuple juif est sorti d’Égypte. Moïse reçut l’ordre divin de fabriquer un saint chandelier d’or pur lequel est devenu ensuite l’un des objets du Temple. En dehors de deux interruptions, il y est resté allumé pendant pas moins de 15 siècles. Après la défaite de Jérusalem en l’an 70, l’empereur romain Titus ordonna sa représentation sur le bas relief de l’arche qui porte son nom, ce qui a contribué à sa célébrité et à la diffusion de son symbole

Depuis, le chandelier juif a inspiré toute une abondante création artistique et décorative : mosaïques, peintures, joaillerie. Salvador Dali a créé une sculpture appelée « le Chandelier de la Paix » et Stefan Zweig en a fait le protagoniste d’une de ses nouvelles : « le Chandelier Enterré ».

Si en hébreu, « Menorah » signifie chandelier ou candélabre, ce terme désigne traditionnellement le chandelier juif à 7 branches. Le chandelier à 9 branches (8+1 branches) s’appelle quant à lui « Hanoukkia » ou « Menorah Hanoukkia ». Les deux ont des symboliques et des utilisations différentes.

Source :www.chandelier-juif.com

Le Candélabre :

C’est un grand chandelier à plusieurs branches, plus décoratif que le chandelier.

Le Bougeoir :

C’est un chandelier bas, dont le pied, élargi en plateau pour recevoir la cire, est souvent muni d’un anneau pour le tenir à la main, les plus anciens sont appelés rats de cave (en raison peut être de la forme de la queue de l’animal).

La Girandole :

 Disposée en pyramide ce candélabre très décoratif se place souvent au centre des tables élégantes

La Torchère :

Est une sorte de vase monté sur un pied destiné à recevoir une matière combustible destinée à produire de la Lumière

Le Flambeau :

Chandelier ne comportant qu’une bougie en résine ou en cire qu’on tient à la main.

Reconnaître l’époque et la matière de vos chandeliers :

 Au moyen âge, les chandeliers, quelle que fût leur destination, civile ou religieuse, étaient couverts de représentations animales. Ceux d’église portent tous à leur base des dragons qui sont un symbole de la victoire de la lumière sur l’esprit des ténèbres.

Le cétébie, flambeau dit de Glocester, qui flgure au musée de South-Kensington, de Londres, est un exemple curieux de l’orfèvrerie religieuse au début du XIIe siècle. Il est formé d’un alliage d’argent doré. Sa base triangulaire s’appuie sur trois têtes de dragons. Sa tige, son pommeau et son calice supportent quarante-deux monstres tous différents émergeant d’un fouillis de feuillages contournés, de banderoles et d’inscriptions latines portant des devises, le nom du donateur, etc.

Le métal, la faïence, le bois même sont employés alors dans cette fabrication. L’émaillerie y est fort commune ; Limoges, au XIIIe siècle, produisait des chandeliers champlevés.

(http://sciences.gloubik.info/spip.php?article263)

Parfois, si vous avez une hésitation sur le métal de votre chandelier, candélabre ou autre bougeoir, retournez votre pièce l’usure du temps et l’oxydation y sont moindres et si votre pièce tire sur le doré, vous aurez peut être la chance d’avoir en mains une pièce en bronze.

Pour repérer l’époque un chandelier Louis XV (18ème siècle) sera avec des formes plus rondes qu’un chandelier Louis XVI dont le style se caractérise par des lignes rigoureuses et s’il mélange les courbes et les lignes architecturées sachez que c’est au début du 19ème siècle qu’on commença à mélanger les genres.

 


Août 02, 2013 | Catégorie: Histoires insolites des objets | Commentaires: none

 



Laisser un commentaire

*